Les passages de Paris

  • 5 juin 2019

Paris abrite de nombreux passages couverts. Ce mercredi 5 juin, curieux d’urbanisme et d’architecture et sans doute amoureux de Paris, 17 de nos adhérents partent à la découverte des plus beaux d’entre eux, situés entre le faubourg Montmartre et le Palais Royal .

Du métro Le Peletier, nous rejoignons l’entrée du passage Verdeau où dans un espace tranquille et avant de débuter notre promenade, notre conférencière nous conte avec verve l’histoire des passages couverts parisiens.

Leur création est le fruit du capitalisme naissant et de la spéculation immobilière du début du 19e siècle dans un Paris qui avait encore largement son visage du Moyen-Age. Ils se développent sur une période assez courte entre 1800 et 1850.

Ces passages sont des raccourcis entre les lieux d’activités et de loisirs: les Halles, la Bourse, le Palais Royal …..Ce sont des raccourcis vitrés, chauffés, éclairés au gaz qui évitent les rues boueuses sans trottoirs ni égouts.

Des commerces, des théâtres, des cafés et des restaurants s’y installent ; ils deviennent luxueux, ce sont des lieux où l’on aime se montrer, ils sont aussi des lieux de rencontres souvent galantes et tout cela à l’abri des intempéries.

Sous Napoléon III, les grands travaux du Baron Haussmann , la construction des grands magasins et des gares entraînent leur déclin. De 130 , il en reste une trentaine aujourd’hui.

Depuis les années 1980 on assiste à un renouveau et à des restaurations sous l’impulsion d’une association parisienne (APUR).

Nous débutons notre promenade par le passage Verdeau , de nombreux antiquaires et boutiques insolites( philatélie, livres anciens , cartes postales, appareils photos de collection) ont élu domicile dans ce passage, les devantures des magasins sont éclairées grâce à la haute verrière.

Dans le prolongement du passage Verdeau , le passage Jouffroy, actuellement en pleine rénovation, abrite le Musée Grévin ainsi que l’hôtel Chopin. Le dallage est en marbre et la verrière du passage en ogive ; de nombreuses boutiques agrémentent ce passage : cannes anciennes, livres anciens spécialistes du papier; malheureusement un magasin Marks and Spencer paraît bien déplacé dans cet endroit magnifique.

En traversant le boulevard Montmartre , nous arrivons dans le passage des Panoramas , passage le plus ancien crée sous

Napoléon 1er. On y trouve l’entrée du théâtre des Variétés, maintenant sur le boulevard , ainsi que de magnifiques décors :

l’ancien chocolatier Marquis et l’imprimerie Stern.

Après avoir traversé la place de la Bourse nous accédons à la Galerie Vivienne , c’est le passage le plus luxueux ; on y admire les mosaïques aux motifs colorés, les commerces sont nombreux : restaurants, boutiques d’art, la librairie Jousseaume , la plus ancienne et tenue par la même famille depuis l’origine . Au n° 13 vécut le célèbre Vidocq, bagnard puis chef de la police.

Il faut maintenant sortir rue Vivienne pour accéder à la Galerie Colbert qui abrite l’Université Paris Sorbonne , nous y découvrons une magnifique rotonde , de style pompéien surmontée d’une coupole en verre sous laquelle notre conférencière nous lit quelques textes d’auteurs se rapportant aux passages.

La brasserie  » Le Grand Colbert » au décor splendide Art nouveau, classée monument historique, est située à l’extrémité de la galerie. On peut déjeuner dans ce lieu unique pour un prix abordable,(testé!!)

Il est 12heures 30, nous arrivons au Palais Royal, nous admirons la perspective des jardins et c’est devant le restaurant

 » le Grand Vefour » (histoire de rêver un peu), enchantés par cette promenade, que nous prenons congé de notre conférencière.

Gérard CLAISSE

En savoir plus :