Fontainebleau, le château et la ville

  • 2 mai 2019

Le 5 mai 2019 nous nous sommes retrouvés à 51 membres de PARR autour d’Yves Pacault , pour une visite du château et de la ville de Fontainebleau. Le ciel couvert n’était pas vraiment de bonne augure.

Le château de Fontainebleau est un château royal dont la construction de ses différents éléments à différentes époques explique l’hétérogeneité des styles. Les premières traces d’un château à Fontainebleau remontent au XIIé siécle. Mais le château a été très profondément marqué par François Ier d’abord puis par Napoléon Ier.

Le château doit son origine à la passion royale de la chasse mais il est resté aménagé et habité par les souverains depuis le temps des premiers capétiens jusqu’à Napoléon III. A noter que Philippe le Bel est né et est mort au palais.

Avec François Ier presque toutes les constructions médiévales( à l’exception du donjon très remanié) disparaissent. Par ailleurs le roi fait venir des peintres et des stucateurs italiens qui travaillent sous la direction d’un florentin Le Rosso élève de Michel-Ange et d’un bolonais, Le Primatice, disciple de Jules Romain. Ces artistes forment la première école de Fontainebleau. Henri II poursuit l’oeuvre de son père : il fait terminer et décorer la salle de bal qui est une des merveilles du château. Henri IV qui aime beaucoup Fontainebleau ,l’agrandit considérablement : la Cour Ovale est redressée,la Cour des Offices et le Jeu de paume sont construits. Une nouvelle école souvent d’inspiration flamande travaille à la décoration des appartements neufs.

Louis XIV, Louis XV puis Louis XVI font effectuer de nombreuses transformations surtout dans la décoration des appartements. La Révolution épargne le château mais le vide de ses meubles. Napoléon apprécie Fontainebleau « la maison des siècles » et fait effectuer de nouveaux aménagements.

Nous avons visité de très nombreuses pièces, environ 25. Après la salle des assiettes , nous avons pu admirer depuis la tribune la chapelle de la Trinité qui doit son nom à l’ancienne église des religieux trinitaires installée par Saint Louis à son emplacement. C’est le peintre Martin Fréminet qui a décoré le plafond de scènes vigoureuses.

Puis nous sommes entrés dans la galerie François Ier bâtie entre 1528 et 1530. La décoration mêle les fresques et les stucs qui sont dûs aux équipes du Rosso. Partout apparaissent les F de François Ier. C’est un des points forts de la visite du château avec la salle suivante.

La salle de bal longue de 30m et large de 10m était la salle des festins et des fêtes. Construite sous François Ier, elle fût achevée sous Henri II par Philibert Delorme. Les fresques et peintures sont du Primatice et de son élève Nicolo dell’Abate.

Nous avons poursuivi cette visite sous la conduite de guides charmantes et compétentes par toute une série de pièces plus petites : chambre de l’impératrice qui contient des meubles réalisés pour Marie-Antoinette, boudoir de la reine….Nous avons continué par les appartements de Napoléon:sa chambre, sa petite chambre à coucher et le salon de l’abdication. C’est là en effet que le 6 avril 1814, l’empereur signa son acte d’ abdication qui n’était pas la fin de l’histoire puisqu’un an après c’était les Cents jours.

Après cette visite nous avons gagné sous une pluie battante, le restaurant pour une étape réconfortante.

Après le repas nos guides nous ont entrainés pour une visite de la ville de Fontainebleau, ville plus petite que Rambouillet(15000 habitants) mais qui nous est apparue très agréable. La ville de Fontainebleau et sa forêt ont attiré très tôt les touristes parisiens car on pouvait y arriver par la route, par le train et même par la voie d’eau. La présence des rois dans le château a amené la construction d’hôtels particuliers par les courtisans et le développement de la ville et des commerces. Louis XVI se montra novateur en décidant de donner à la ville une certaine autonomie en la dotant d’une municipalité.

Nous avons pousuivi avec un certain héroisme la visite des jardins sous une pluie glaciale. Nous avons aperçu la salle du Jeu de paume qui est encore utilisée aujourd’hui. Les gens aisés utilisaient une sorte de raquette, ceux qui l’étaient moins jouaient à mains nues d’ou l’expression « jeu de mains, jeu de vilain ».

Nous sommes passés devant la galerie des cerfs qui fût le théâtre d’un événement tragique qui fit scandale à l’époque. En effet la reine Christine de Suède qui avait abdiqué et était l’invitée du roi de France y fit assassiner un proche Giovanni marquis de Monaldeschi. Le crime fut particulièrement horrible car le malheureux n’expira qu’après 5 heures de traitements inhumains. La reine fût priée de quitter le territoire.

Nous avons continué par la porte du Baptistère, la cour de la Fontaine avant de terminer par la cour des Adieux et son escalier. C’est en effet à cet endroit que le 20 avril 1814 à une heure de l’après-midi Napoléon pris congé de la Garde.

Puis nous avons regagné notre car et Rambouillet après cette visite très intéressante d’un site majeur de notre histoire.

R.BARBERYE