Visite du Père-Lachaise

  • 13 septembre 2018
Visite du Père-Lachaise
Après de nombreux reports dus aux grèves à répétition de la SNCF, nous avons enfin pu visiter le célèbre cimetière du Père Lachaise. Ce fut une sortie à la fois historique, poétique et sportive. Notre petit groupe a pu en effet parcourir les allées pavées de ce cimetière et gravir plus d’une centaine de marches plus ou moins en bon état , heureusement entrainés par la verve de notre guide-conférencier, pour découvrir les tombes de quelques unes des personnalités qui y sont enterrées.
L’histoire de ce lieu est en elle-même une curiosité. La colline achetée en 1430 par un riche commerçant qui voulait y construire sa résidence, en fait une «folie», devint deux siècles plus tard propriété des Jésuites pour y installer un lieu de repos et de convalescence; l’un de ses plus illustres  résidents fut un certain François d’Aix de la Chaise, dit le Père Lachaise, confesseur officiel de Louis XIV (il a du en entendre de belles! )
En 1762, la Compagnie de Jésus dut vendre ce terrain qui fut laissé à l’abandon jusqu’au 9 Ventôse de l’an XI quand le Préfet de paris l’acheta pour 180 000 francs.
En 1804, comme le cimetière de Paris ne suffisait plus, un décret impérial créa plusieurs nouveaux espaces hors les murs de Paris dont le cimetière de l’est sur ce terrain totalement libre. Son aménagement fut confié à un architecte célèbre, Louis Brongniart qui le conçut comme un vaste jardin à la française. Il fut longtemps délaissé, les Parisiens refusant d’aller dans un quartier éloigné et trop populaire. Le préfet de Paris prit en 1815 une décision de pur «marketing » en y faisant transférer les sépultures de Molière, La Fontaine, Héloïse et Abélard. En 1830 , il y avait déjà 33 000 tombes et il fallut agrandir le cimetière qui fit alors 43 ha.
le Père Lachaise, une visite de PARR Rambouillet

En 1871, le cimetière, déjà appelé Cimetière du Père Lachaise, fut le théâtre du dernier combat de la Commune, assaillie par les Versaillais de Thiers . Les derniers combattants y furent fusillés devant l’un des murs de clôture devenu le «Mur des Fédérés». Le cimetière fait aujourd’hui 60 hectares et en son centre a été édifiée une chapelle à l’emplacement de l’ancienne maison du Père Lachaise. Il est administré par les services de l’Hôtel de Ville et protégé part un conservateur des monuments historiques; Il accueille un million de défunts mais est toujours accessible grâce à  l’acquisition de concessions abandonnées, à condition d’être domicilié à Paris ou d’avoir une place dans un caveau existant. Les prix sont à la hauteur de la réputation du lieu.

La partie la plus ancienne ne peut se visiter qu’avec un guide dans un fouillis incroyable de tombeaux plus ou moins en bon état, installé sans ordre au milieu d’une végétation foisonnante.
On y découvre tous les grands noms de l’histoire de France sur des monuments plus ou moins spectaculaires, parfois d’humbles colonnes, parfois des stèles monumentales. Notre guide nous a épargné l’inventaire complet qui  demande plus d’un jour pour ne pas dire plus d’une année en nous présentant avec maintes petites anecdotes quelques uns d’entre eux: Jean-François Champollion, Félix Faure, Molière, La Fontaine, les  grands Maréchaux d’Empire, Alfred de Musset, Rossini,Théodore Géricault, Victor Noir etc…
La partie la plus récente, aménagée comme uncimetière actuel et donc moins chaotique, nous apermis de retrouver des personnalités pluscontemporaines comme quelques grandshommes politiques, notamment du PC fort bien représenté, des artistes, par exemple Edith Piaf,Gilbert Bécaud, Henri Salvador et très récent arrivant, Jacques Higelin. Nous y avons aussi découvert les monuments érigés à la mémoire des morts en déportation dans les camps de concentration, avec des statues impressionnantes et terribles.
Partis pour une marche de 2 heures, nous y avons en fait passé près de 3 heures, les jambes un peu fatiguées mais la tête pleine d’histoires et le coeur plein de souvenirs. Il reste encore tant à voir que nous pourrions y retourner.
Merci à tous les vaillants participants pour leur bonne volonté et leur enthousiasme.
 
Pierre-ves Burgaud
); ga('send', 'pageview');